à 

Information et billets

Prix: 31$ / 60 ans et + : 26$ / Étudiants : gratuit (inscription par téléphone au 514 343-2020 dès le 9 janvier 2017) / Réduction de 15% pour les abonnés du TNM.
535, avenue Viger Est
Montréal (QC) Canada  H2L 2P3

Conférence d'André Champagne

« La révolution que nous avons accomplie est une révolution totale » : cette réflexion de Joseph Goebbels, ministre de la Propagande, est révélatrice du totalitarisme nazi. Aucun domaine d’activité culturelle ne doit échapper au contrôle de l’État : musique, cinéma, littérature, théâtre et radio. Pour donner à l’Allemagne hitlérienne une culture authentiquement germanique, il est impératif de « déjuiver » et de « décommuniser » l’art dégénéré qui avait prospéré sous la république de Weimar. Pas étonnant qu’écrivains, musiciens, acteurs et peintres prennent le chemin de l’exil. C’est avec cette réalité que doivent composer Bertolt Brecht, Walter Benjamin, Thomas et Klaus Mann, George Grosz, Wilhelm Furtwängler et Otto Dix entre 1933 et 1945.

André Champagne détient un baccalauréat spécialisé et une maîtrise en histoire (Université de Montréal); il a enseigné l’histoire pendant 34 ans au Collège Jean-de-Brébeuf. Chargé de cours à l’Université du Québec à Montréal, il a également donné plus de 200 conférences à la Fondation culturelle Jean-de-Brébeuf et aux Belles Soirées de l’Université de Montréal. Animateur de l’émission Au fil du temps (chaîne culturelle de Radio-Canada, 1990-1994), il a mené des entrevues avec des historiens de réputation internationale qui ont été publiées dans une série de sept recueils (Entretiens avec l’Histoire, Septentrion, 1996). Chroniqueur historique à l’émission Pourquoi pas dimanche? de 1998 à 2011, il est chroniqueur à Aujourd’hui l’histoire sur ICI Radio-Canada Première et professeur à l’École nationale de théâtre du Canada.

La Bonne Âme du Se-Tchouan, au TNM, du 17 janvier au 11 février 2017.

Bertolt Brecht, l’Allemagne nazie et une culture assassinée - COMPLET
Consulté 20 fois

Modifier