Débute à 
Prix: Entrée libre
B-328
90, avenue Vincent-d'Indy
Montréal (QC) Canada  H2V 2S9

L’appropriation des connaissances visuo-orthographiques par des élèves de la première à la quatrième année du primaire

Soutenance de thèse de Anne Plisson, au Département de didactique. Sous la direction de recherche de Daniel Daigle.


Résumé
Lire et écrire sont des habiletés fondamentales pour les apprentissages scolaires.  L’apprentissage de l’orthographe représente un défi de taille pour beaucoup d’élèves, qu’ils soient en difficulté d’apprentissage de l’écrit ou non. Or, la compétence orthographique participe au développement des habiletés en lecture et en écriture.

L’orthographe française, de par sa structure et son opacité, requiert de l’apprenant qu’il accumule des connaissances relatives aux propriétés phonologiques, mais aussi morphologiques et visuelles des mots, pour réussir à lire et à orthographier tous les mots. Les recherches montrent que les propriétés visuelles des mots, qui peuvent être classées sous la forme de phénomènes visuo-orthographiques, représentent des propriétés orthographiques particulièrement difficiles à retenir pour les élèves du primaire. De plus, pour traiter les constituants orthographiques des mots, le recours aux capacités de mémoire de travail et à une certaine vitesse de traitement est nécessaire. Des données empiriques montrent que les capacités de mémoire et de dénomination rapide sont liées aux performances en lecture et en écriture. Cette étude a pour objectif général d’observer le rôle du traitement visuo-orthographique, ainsi que des capacités de mémorisation et de dénomination rapide, dans les performances en lecture et en écriture chez 119 élèves tout-venants scolarisés de la 1re à la 4e année du primaire. Les objectifs spécifiques sont de décrire les performances pour chaque épreuve, d’observer les liens entre les variables à l’étude et d’identifier celle(s) qui explique(nt) le mieux les performances en lecture et en écriture.

Pour estimer les habiletés en lecture et en écriture, une tâche de reconnaissance des mots, une autre de compréhension en lecture et une épreuve de production orthographique ont été administrées. Une tâche de reconnaissance de séquences de pseudomots présentées oralement et une autre de reconnaissance de séquences de stimuli visuellement présentés ont servi à évaluer les capacités de mémoire phonologique et de mémoire visuelle. Une épreuve de dénomination rapide (R.A.N.) d’objets et de couleurs a été utilisée comme mesure de vitesse de traitement. Pour observer les habiletés de traitement visuo-orthographique, les participants ont réalisé une épreuve de jugement visuo-orthographique et une épreuve de récupération (orale et écrite).

Les résultats obtenus indiquent que les habiletés de traitement visuo-orthographique augmentent en fonction du niveau scolaire. Les analyses corrélationnelles révèlent que le niveau scolaire est lié à toutes les variables, que les habiletés en lecture et en écriture sont liées entre elles et que les habiletés de traitement visuo-orthographique constituent les variables les plus fortement corrélées aux performances en lecture et en écriture. Les analyses de régression indiquent que le niveau scolaire explique le mieux les performances en production orthographique, en reconnaissance des mots et en compréhension en lecture, et que l’épreuve de jugement visuo-orthographique représente la seule variable y apportant une contribution additionnelle et significative. Ces résultats suggèrent que les propriétés visuelles des mots ont intérêt à être enseignées en classe pour favoriser le développement des habiletés en lecture et en écriture des apprenants, et à faire l’objet de recherches futures destinées à préciser leur acquisition et leur développement. 

 

Soutenance de thèse de Anne Plisson
Consulté 2 fois

Modifier