à 
Prix: Entrée libre- RÉSERVATION OBLIGATOIRE
B-328
90, avenue Vincent-d'Indy
Montréal (QC) Canada  H2V 2S9

L’étude de cas : perspectives épistémologique et pratique

École doctorale en méthodologies de recherche, organisée par la Faculté des sciences de l'éducation de l'Université de Montréal.

Responsables :
Joëlle Morrissette, professeure
Annie Malo, professeure

L'étude de cas (unique) est très prisée dans les recherches en sciences humaines et sociales, mais fait également l’objet de débats, parfois virulents, particulièrement en lien avec la question récurrente de sa validité et de la représentativité des résultats de recherche auxquels elle conduit. Au cours de cette journée, l’étude de cas sera abordée, d’une part, selon une perspective épistémologique contemporaine permettant de réaffirmer sa pertinence en tant que stratégie de recherche légitime et, d’autre part, selon une perspective pratique autorisant à examiner les choix méthodologiques qui se posent au chercheur sur le terrain.

PLACES LIMITÉES - RÉSERVATION OBLIGATOIRE.

HORAIRE

9 h - Accueil

9 h 30 - 12 h
L'étude de cas comme cas d'espèce de la méthodologie susceptible de produire la connaissance explicative

Par Jacques Hamel, professeur titulaire, Département de sociologie, UdeM

Dans le cadre de cette présentation, l’étude de cas sera envisagée sous ses aspects théoriques et méthodologiques à la lumière de la controverse suscitée par l’enquête ethnographique d’Alice Goffman de la vie sociale de jeunes d’un quartier noir des États-Unis enclins à échapper au contrôle des institutions pénales. L’ouvrage, devenu best seller, a été décrié du fait que l’étude d’un cas selon une démarche qualitative cause problème par son manque d’objectivité, de validité et de représentativité. En bref, il est sujet aux sempiternelles critiques dont fait l’objet depuis toujours l’étude de cas, mais qu’on croyait – à tort – désuètes.

L’épistémologie contemporaine a en effet apporté les nuances requises pour remédier à ces problèmes. Après un bref survol des études de cas conduites au Québec dans l’esprit de l’École de Chicago, il conviendra de se pencher sur les considérations épistémologiques en vertu desquelles l’objectivation, la validation et la généralisation se conçoivent à nouveaux frais afin de donner son droit et sa pertinence à l’étude de cas. Des enquêtes monographiques issues de la sociologie de l’éducation seront cités en exemple.

13 h 30 - 16 h
L’étude de cas unique : illustration de quelques défis méthodologiques, théoriques et épistémologiques à l’appui d'une investigation en contexte scolaire.

Par Matthias Pepin, chercheur postdoctoral, Département de managment, UQTR.
 Au cours de cette intervention, nous reviendrons sur notre recherche doctorale qui a pris la forme d’une étude de cas unique dans le cadre d’un projet d’entrepreneuriat scolaire à l’école primaire. Après avoir brièvement posé les fondements théoriques de notre recherche doctorale, nous nous attarderons sur les choix méthodologiques qui se posent au chercheur désireux de mener une étude de cas. La sélection d’un cas à investiguer, la complémentarité des sources de données pour documenter le cas, l’analyse des données pour rendre compte du cas et l’inévitable question de la généralisation des résultats de recherche au départ d’un cas unique seront autant de thèmes abordés à l’appui de l’exposé de notre recherche.

À propos des conférenciers

Jacques Hamel est professeur titulaire au département de sociologie de l’Université de Montréal. Il est également chercheur associé à l’Observatoire Jeunes et Société de l’Institut national de la recherche scientifique (Urbanisation, Culture et Société). Ses recherches actuelles ont pour objet les valeurs des étudiants à l’ère de la « société du savoir », la conciliation études – travail et le « rapport à la culture » des jeunes associés à la génération des Milléniaux. Il est l’auteur de nombreux écrits sur l’épistémologie et la méthodologie qualitative. Sur le sujet, il a publié Woody Allen au secours de la sociologie, La qualité de l’analyse qualitative interdisciplinaire, Case Study Methods. Son prochain ouvrage portera sur les problèmes du langage et de l’écriture en sociologie et a provisoirement pour titre Savoir (et) écrire en sociologie et dans les sciences sociales.
Matthias Pepin est actuellement chercheur postdoctoral au département de management de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), subventionné par une bourse postdoctorale du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH), et membre associé de l’Institut de recherche sur les PME (INRPME). Il est détenteur d’un doctorat en psychopédagogie de l’Université Laval. Sa thèse, qui a pris la forme d’une étude de cas pour documenter l’apprentissage à s’entreprendre d’élèves du primaire, a notamment été récompensée par le Prix Jean-Marie Van der Maren 2016 pour la meilleure thèse en recherche qualitative de l’Association pour la recherche qualitative (ARQ).

L’étude de cas : perspectives épistémologique et pratique