à 
Prix: Entrée libre - inscription obligatoire- places limitées
B-253
90, avenue Vincent-d'Indy
Montréal (QC) Canada  H2V 2S9

Organisée par la Faculté des sciences de l'éducation de l'Université de Montréal, la prochaine École doctorale en méthodologies de recherche porte sur l'analyse de discours

Présentation

L’analyse de discours renvoie à un large champ qui comporte entre autres un versant sémantique qui incite à examiner de manière moins naïve les différentes productions médiatiques, discursives, etc. qui nous entourent. En interrogeant le sens de ces productions en relation avec leur contexte d’énonciation, elle a une plus-value par rapport à l’analyse de contenu. Deux spécialistes en communication nous présenteront certains de ses fondements, relèveront les défis méthodologiques ainsi que son potentiel en recherche.

Horaire 

9 h Accueil

 Faculté des sciences de l’éducation
Pavillon Marie-Victorin
90, avenue Vincent d’Indy
Local B-253 

 

9 h 30-12 h 

L’analyse du discours en interaction : une introduction

Par François Cooren, Département de communication, UdeM

Le conférencier présentera les fondements tant ontologiques que méthodologiques de l’analyse du discours en interaction, tout en abordant l’histoire de ce courant né de la phénoménologie sociale de l’après-guerre. Des auteurs clés tels que Alfred Schütz, Erving Goffman, Harvey Sacks ou Harold Garfinkel seront abordés afin de présenter tout autant leurs convergences que leurs divergences théoriques. Dans un deuxième temps, le conférencier traitera du courant qui, quoiqu’issu de ces approches phénoménologiques, s’en distingue par une reconnaissance, inspiré de la sémiotique, du rôle que jouent les « autres-qu’humains » dans les interactions sociales, une approche associée aujourd’hui à ce qu’on appelle le courant constitutif des études en communication. Enfin, dans un troisième temps, les participants sont appelés à analyser une séquence vidéo en les invitant à mobiliser les notions et méthodes présentées durant les deux premières parties de cette présentation.

 

13 h 30 -16 h 

L’analyse discursive foucaldienne, ou comment interroger les rapports de pouvoir à l’œuvre dans un contexte socio-culturel donné

Par Myriam Durocher, chargée de cours et doctorante, Département de communication, UdeM

L’analyse de discours est largement utilisée pour interroger les rapports de pouvoir qui informent toute forme de communication. Dans le cadre de cette présentation, la conférencière présentera plus spécifiquement l’analyse discursive telle qu’inspirée des théories foucaldiennes (Foucault, 1971). Cette méthode d’analyse permet de questionner les rapports de savoir/pouvoir qui délimitent ce qui peut être dit et compris dans un contexte socio-culturel donné. Afin d’en comprendre les tenants et aboutissants, elle contextualisera brièvement les fondements théoriques et épistémologiques qui sous-tendent cette approche pour en faire le contraste avec d’autres formes d’analyse de discours. Ensuite, seront présentées des exemples de méthodes d’analyse, issues de cette approche ainsi que les défis que pose une mise en application de cette méthodologie, de même que des solutions trouvées pour les contourner.

16 h-16 h 30 
Discussion générale

À propos des conférenciers

François Cooren (PhD, UdeM) est professeur du Département de communication de l’Université de Montréal. Spécialiste de la communication organisationnelle, il a publié à ce jour une douzaine de livres, plus de 60 articles dans des revues internationales avec comité de lecture et plus de 40 chapitres de livre. Ancien rédacteur en chef de la revue Communication Theory, il a été élu président de l’International Communication Association, une fonction qu’il a occupée en 2010-2011. Il a par ailleurs été élu Fellow de cette même association en 2013 et distinguished scholar de la National Communication Association en 2017. François Cooren s’intéresse aux processus organisants, ainsi qu’aux phénomènes de créativité en situation d’interaction. Il est l’un des représentants principaux de l’École de Montréal, une école défendant une approche dite constitutive de la communication. Initiée dans les années 1990 au Département de communication de l’Université de Montréal, cette école est aujourd’hui reconnue internationalement tant dans le domaine de la communication organisationnelle, que dans ceux du management ou de l’analyse d’interaction.

Myriam Durocher est chargée de cours et étudiante au doctorat en communication au Département de communication de l’Université de Montréal. Ses intérêts de recherche actuels s’inscrivent à l’intersection des études critiques sur l’alimentation et sur les corps et des études médiatiques et culturelles. Plus précisément, elle questionne les relations de savoir/pouvoir qui traversent la production et la circulation de connaissances sur la « saine » alimentation contemporaine, de façon à interroger les savoirs sur les corps qui y sont produits. Son projet de thèse vise à observer le développement d’une culture alimentaire biomédicalisée et les corps et normativités qu’elle participe à produire. Myriam est également la coordonnatrice du laboratoire du Culture Populaire, Connaissance et Critique (CPCC) à l’Université de Montréal. Elle est également assistante de recherche pour Ageing+Communication+Technologies (ACT) à Concordia.

Inscription obligatoire : sylvie.hruba@umontreal.ca

Responsables :

Annie Malo, professeure, Faculté des sciences de l'éducation, UdeM
Joëlle Morrissette, professeure, Faculté des sciences de l’éducation, UdeM

École doctorale en méthodologies de recherche - L'ANALYSE DE DISCOURS
Consulté 2 fois

Modifier