à 
Prix: Gratuit
A-1502.1 (en personne)
1375, avenue Thérèse-Lavoie-Roux
Montréal (QC) Canada

Les mesures astrophysiques et  cosmologiques indiquant la présence d'une quantité importante de matière noire dans l'univers, connaitre la nature de cette matière noire reste une des grandes énigmes de la physique.  Dans cette présentation j’aborderai les  questions suivantes:  la matière noire est-elle constituée d'une nouvelle particule ? Quelles sont ses propriétés? Je ferai également un état des lieux des recherches de matière noire en astrophysique des particules ainsi qu’aux grands collisionneurs. 

Dès l’enfance,  Geneviève est attirée par les  sciences. Ayant très peu de contacts avec le milieu scientifique et aucune notion de ce que peut représenter les métiers de la recherche, elle s’inscrit à l’École Polytechnique de Montréal, sa ville de résidence, en se spécialisant en génie physique. Le travail d’ingénieur ne la séduit pas et elle décide alors de poursuivre ses études dans un domaine plus fondamental, la physique théorique. Voulant étudier aux États-Unis, elle s’inscrit à la Johns Hopkins University où on lui propose une bourse. Elle obtient d’abord un Master en physique, puis effectue une thèse en physique des particules théorique. Pendant cette thèse, elle fait un stage longue durée au Department of Applied Mathematics and Theoretical Physics (DAMTP) à l’University of Cambridge où elle poursuit ses recherches sur la physique au-delà du modèle standard.

Geneviève décroche ensuite un poste de chercheuse postdoctorale au laboratoire TRIUMF à Vancouver,  le centre national des accélérateurs de particules au Canada. Elle y intègre le petit groupe de physique théorique et ses recherches, dans la continuation de ses travaux de thèse, portent sur les extensions du modèle standard et leurs tests aux collisionneurs, notamment les collisionneurs électron-positron (le LEP puis le projet d’un futur collisionneur linéaire). Elle poursuit ces thématiques de recherche pendant 6 années au département de physique de l’Université de Montréal, où elle est d’abord titulaire d’une bourse de chercheur du Conseil National de Recherche en Sciences et Génie du Canada, avant d’intégrer le corps professoral.

En 1993, Geneviève obtient un poste de visiteur au LAPTh de l’Université Savoie Mont Blanc (USMB) pour développer ses recherches en collaboration avec les chercheuses et chercheurs de ce laboratoire. Souhaitant s’y installer, elle candidate au CNRS et est recrutée comme chargée de recherche en 1994. En 2004, elle est promue directrice de recherche, puis sous-directrice du LAPTh pendant quelques années. Peu à peu, elle oriente ses recherches vers une nouvelle thématique : la matière noire. En particulier, elle cherche à proposer une explication théorique à cette matière et à vérifier la validité des modèles proposés en les confrontant aux résultats des recherches effectuées en astrophysique des particules, cosmologie et physique des particules.

Son travail s’insère dans divers programmes de collaboration et réseaux européens et internationaux. Geneviève mène en parallèle une activité soutenue d’administration et d’évaluation de la recherche tant en France qu’à l’étranger.

La matière noire : une nouvelle particule ? Geneviève Bélanger (CNRS)