à 
Prix: Gratuit
chez vous
Partout

 La présentation ne sera pas retransmise en vidéo.

Les paratextes imprimés de la première modernité sont des points de départ pour la reconstitution de réseaux de mécénat, d’affiliations idéologiques et de transmission culturelle, car ils fournissent une foule d’informations sur la production d’œuvres textuelles. L’une des valeurs ajoutées de l’analyse paratextuelle de traductions imprimées est la mise en évidence des liens entre les paratextes originaux et ceux de la traduction, laquelle nous permet d’effectuer une analyse comparative dans le but de révéler les réseaux d’une grande variété d’agents. Les paratextes font parfois écho à ceux de l’original, l’œuvre traduite laissant des traces de son commanditaire et de ses dédicataires, tout en recadrant le texte dans un nouveau contexte culturel, linguistique, idéologique et politique. C’est le cas du Miroir qui ne flatte point, un traité moral catholique français de 1632 écrit par Jean Puget de la Serre, et de son équivalent anglais, The Mirrour which flatters not, traduit par Thomas Cary et imprimé en 1639. Notre étude de cas aborde à la fois les aspects matériels des traductions imprimées et les réseaux qui y sont liés, car les traductions produites dans le contexte de la cour anglaise d’Henriette Marie ainsi que leurs paratextes laissent transparaître l’existence de réseaux idéologiques et culturels transnationaux.     
Marie-France Guénette est professeure adjointe de traduction au Département de langues, linguistique et traduction de l’Université Laval. Elle a soutenu sa thèse intitulé Traducteurs et traductions imprimées à la cour anglaise de la reine Henriette-Marie (1625-1642)en décembre 2020 et poursuit actuellement ses recherches en histoire de la traduction. Membre du CIREM16/18 et du CRIHN, elle s’intéresse aux fonctions des traductions, à l’agentivité des traducteurs et aux échanges culturels transnationaux à la Renaissance. À l’été 2021, le volume Situatedness and Performativity: Translation and Interpreting Practice Revisted qu’elle a codirigé avec Raquel Pacheco Aguilar (Graz) est paru aux Presses universitaires de Louvain. Son plus récent article, Insights into Technical Translation Course Design, présente la complexité des définitions de la traduction technique et des enjeux dont il faut tenir compte en enseignement de cette spécialisation. 
Marie-France Guénette (Université Laval) - Paratextes imprimés et échanges culturels transnationaux au 17e s. : le cas du Miroir qui ne flatte pointoi