à 

Information et billets

Prix: 27 $ - 52 $ (rabais disponibles)
Université de Montréal
1375 avenue Thérèse-Lavoie-Roux

L’histoire de Vincent Van Gogh est souvent abordée d’emblée par le prisme de sa maladie mentale et de son suicide, à travers lequel est revisitée son œuvre au complet.

Nous écarterons cette approche, pour privilégier sa quête. Une quête qui passe d’abord par une formation artistique méthodique, à Bruxelles, à Anvers, avant son installation à Paris. C’est dans cette ville, capitale de l’avant-garde, qu’il décide d’achever son éducation au contact des artistes modernes. Là, pendant deux années d’une fertilité incroyable (1886-1888), son malaise existentiel est presque mis à l’écart devant la richesse artistique et les rencontres qui l’abreuvent : au contact des impressionnistes et de l’avant-garde parisienne, il diversifie ses motifs, éclaircit sa palette et modifie sa touche; plus encore, sa vision des choses est totalement transformée par l’observation et la compréhension approfondie de l’estampe japonaise, qu’il se met à collectionner avec passion.

Mais c’est son séjour en Provence qui lui permettra d’assouvir sa recherche de nouveaux moyens expressifs, basés sur le pouvoir de la couleur.

Conférencière :

Armelle Wolff est historienne de l’art, diplômée de l’Université de Tours et de l’École du Louvre à Paris, conférencière indépendante en histoire de l’art et en patrimoine architectural (Archimuse : https://armellewolff.wixsite.com/archimuse) et accompagnatrice de voyages culturels. En 2018, elle a conçu un site Internet voué à l’architecture Art déco de Montréal (https://montrealartdeco.wixsite.com/artdeco).

Van Gogh ou la recherche d’une nouvelle peinture